All in the golden afternoon

Il fait beau et chaud, alors je vous fais partager un joli petit poème ♥

(Original suivi de la traduction)

Original :

All in the golden afternoon

Full leisurely we glide;

For both our oars, with little skill,

By little arms are plied,

While little hands make vain pretence

Our wanderings to guide

 

Ah, cruel Three ! In such an hour

Beneath such dreamy weather,

To beg a take of breathe too weak

To stir the tiniest feather !

Yet what can one poor voice avail

Against three tongues together ?

 

Imperious Prima flashes forth

Her edict « to begin it » —

In gentler tone Secunda hopes

« There will be nosense in it ! » —

While Tertia interrupts the tale

Not more than once a minute.

 

Anon, to sudden silence won,

In fancy they pursue

The dream – child moving through a land

Of wonders wild and new,

In friendly chat with bird or beast –

And half believe it true.

 

And ever, as the story drained

The wells of fancy dry,

And faintly strove that weary one

To put the subject by,

« The rest next time - » « It is next time ! »

The happy voices cry.

 

Thus grew the tale of Wonderland :

Thus slowly, one by one,

Its quaint events were hammered out —

And now the tale is done,

And home we steer, a merry crew,

Beneath the setting sun.

Alice ! A childish story take,

And, with a gentle hand,

Lay it where Chilhood’s dreams are twined

In Memory’s mystic band.

Like pilgrim’s wither’d wreath of flowers

Pluck’s in a for-off land

 

   ~ Lewis Carroll

 

Traduction française si besoin :

 

Tous dans l’après-midi doré

Nous glissons avec lenteur

Car nos deux rames sont maniées

Par de petits bras maladroits

Tandis que de petites mains font semblant

De guider notre vagabondage.

 

Oh ! Cruelle Triade ! En une pareille heure,

Sous un temps si plein de rêves,

Demander un conte à quelqu’un dont le souffle

Est trop faible pour agiter la plus minuscule des plumes !

Mais que peut faire une seule voix

Conte trois langues réunies ?

 

L’impérieuse Prima lance d’abord

Son édit : « On commence une histoire »

Sur un ton plus doux, Seconda souhaite

« Qu’il y ait de l’extravagance ! »

Tandis que Tertia n’interrompt

Pas plus d’une fois par minute.

 

Bientôt, soudain gagnées par le silence,

En imagination elles poursuivent dans un rêve

Une enfant, qui, dans un pays

Aux merveilles étranges et inconnues,

Bavarde en amie avec des bêtes et oiseaux –

Et elles croient presque que tout cela est réel.

 

Et toujours, alors que l’histoire asséchait

Les puits de l’imagination

Et, que, épuisé, faiblement on s’efforçait

De remettre le conte à plus tard avec un :

« La suite la prochaine fois. »  « C’est la prochaine fois ! »

S’écrient les voix joyeuses.

 

Ainsi, naquit les conte du Pays des Merveilles

Ainsi, lentement, un par un

Les étranges évènements se forgèrent.

Et le conte est achevé maintenant

Et vers la maison nous voguons, un joyeux équipage

Sous le soleil couchant.

 

Alice ! Prends cette histoire enfantine

Et de ta douce main

Dépose-la où s’entrelacent les rêves d’enfance

Dans le ruban magique du souvenir

Pareil à la guirlande de fleurs fanées du pèlerin

Cueillie en un pays lointain. 

 

Dans ce poème, Lewis Carroll mentionne Prima, Secunda et Tertia. Il s’agit de trois jeunes filles : Alice et ses deux soeurs. Alice, étant la plus jeune, est Tertia. J’ai malheureusement oublié le nom de ses deux grandes soeurs :-(

Mais vous pouvez regarder vous même si cela vous intéresse :wink:

Cette balade en barque à réellement eu lieu. Lewis Carroll et les trois jeunes filles, dans une après-midi dorée, avaient décidé de faire une balade en bateau, lorsque, tout en ramant, elles lui demandèrent une histoire, qui deviendra Les Aventures du Pays des Merveilles. Cette histoire est inspirée par la petite Alice, la préférée de Lewis Carroll parmi les 3 soeurs. 

Mais la Alice que nous connaissons avec des cheveux blonds et longs, est physiquement inspirée par une amie de la vraie Alice. Car cette dernière avait des cheveux courts et bruns.

 Voilà pour la petite histoire ! 

Et on se quitte avec une jolie peinture ! (pas de moi malheureusement)

cheshire

~JEE~

Who the F*@# is the Unitato ?!

C’est moi !

unitato

Je démarre ce blog, alors je pense qu’une petite présentation est nécessaire :

- Je posterai en signant JEE. Mon vrai nom ? Aha ! Sur ce blog on m’appelle JEE, c’est tout ! Héhé x) (enfin pour ceux qui connaissent mon nom tant mieux ^^ et chut !)

- J’habite non loin de Paris.

- Passionnée de musique. De la culture punk beaucoup.

- J’aime prendre des photos. Même si mes photos ne valent rien.

- J’aime dessiner. Peindre aussi.

- J’apprends depuis peu à jouer de la basse. La première chanson que j’ai apprise est le générique de Oggy et les Cafards.

- J’ai commencé aussi à jouer de l’harmonica. Mais mes performances sont très limitées…

- Comme je n’ai absolument aucune idée du sujet spécifique de ce blog, il parlera de tout… et de rien. D’où le côté « inutile ».

- Pourquoi Licorne-Patate ? Parce que si dans une vie future je devais me ré-incarner, ou si je devais traverser un portail spatio-temporel qui me conduirais dans une autre dimension totalement inconnue de vous, les humains, et bien je serais une Licorne-Patate.

- J’ai décidé de créer ce blog sous l’influence d’une amie (que je remercie) et dont le blog est très intéressant, allez-y, il vaut le détour : L’esprit d’une Rose (ouaip, je fais de la pub alors que je n’ai absolument aucun visiteur, tant pis :mrgreen: )

- Donc, grâce à elle j’ai décidé de me lancer dans ce blog, mais si je vois que pour une raison quelconque je n’y arrive pas, je m’arrêterais tout simplement.

Bon bon bon. Je crois que j’ai dis ce qu’il fallait dire. Et si vous voulez savoir quelque chose, vous n’avez qu’à poser une question dans les commentaires, je répondrai volontiers :wink:

J.E.E

12345

Unpenseur |
Pociello-service |
vie quotidienne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Every Occassion Flowers
| Cemondla
| Luzielle