Who the F*@# is the Unitato ?!

C’est moi !

unitato

Je démarre ce blog, alors je pense qu’une petite présentation est nécessaire :

- Je posterai en signant JEE. Mon vrai nom ? Aha ! Sur ce blog on m’appelle JEE, c’est tout ! Héhé x) (enfin pour ceux qui connaissent mon nom tant mieux ^^ et chut !)

- J’habite non loin de Paris.

- Passionnée de musique. De la culture punk beaucoup.

- J’aime prendre des photos. Même si mes photos ne valent rien.

- J’aime dessiner. Peindre aussi.

- J’apprends depuis peu à jouer de la basse. La première chanson que j’ai apprise est le générique de Oggy et les Cafards.

- J’ai commencé aussi à jouer de l’harmonica. Mais mes performances sont très limitées…

- Comme je n’ai absolument aucune idée du sujet spécifique de ce blog, il parlera de tout… et de rien. D’où le côté « inutile ».

- Pourquoi Licorne-Patate ? Parce que si dans une vie future je devais me ré-incarner, ou si je devais traverser un portail spatio-temporel qui me conduirais dans une autre dimension totalement inconnue de vous, les humains, et bien je serais une Licorne-Patate.

- J’ai décidé de créer ce blog sous l’influence d’une amie (que je remercie) et dont le blog est très intéressant, allez-y, il vaut le détour : L’esprit d’une Rose (ouaip, je fais de la pub alors que je n’ai absolument aucun visiteur, tant pis :mrgreen: )

- Donc, grâce à elle j’ai décidé de me lancer dans ce blog, mais si je vois que pour une raison quelconque je n’y arrive pas, je m’arrêterais tout simplement.

Bon bon bon. Je crois que j’ai dis ce qu’il fallait dire. Et si vous voulez savoir quelque chose, vous n’avez qu’à poser une question dans les commentaires, je répondrai volontiers :wink:

J.E.E

I am back

I am back après plus d’un an de silence. J’ai manqué à personne. Je sais. Mais l’idée première de ce blog était de m’exprimer alors c’est reparti. Des idées plein la tête. 

Je vais donc commencer par vous partager un petit poème malheureux. Ou pas. 

Toi qui étais si rouge d’amour auparavant
Il ne reste plus que de tristes nuances de gris
Qui t’assombrissent lentement,
Et qui te détruisent aussi.

C’est parti d’un simple sourire.
Il ne coûte absolument rien,
Et pourtant lui seul permet de guérir
Le moindre des chagrins. 

Le sourire est fragile.
Le faire apparaître n’est pas difficile.
Mais s’il n’est pas entretenu,
Le sourire est perdu.

 

Petit à petit il se meurt.
Ce sourire si éblouissant tout à l’heure,
Sans aveugler pour autant,
S’essouffle lentement.

 

Petit à petit il disparaît.
Il devient incertain.
Et on tente en vain
De soigner la plaie.

 

Mais le sourire est ébranlé.
Une simple larme l’a tué.
Et lorsqu’il est parti,
L’amour est parti avec lui.

 

Alors tu finis par tomber
Du haut de ton étoile.
Et dire que c’était l’été…
Tu te meurs d’un froid glacial.

 

La haine t’envahit,
De noir elle t’assombrit,
Et l’amour t’abandonne.
Tu n’appartiens plus à personne,
Si tu veux,
Toi, petit coeur perdu,
Qui n’aimeras jamais plus,
A moins que… 

 

Jee.

 

 

There is power in the union

Je vais vous parler d’un film, un des meilleurs films que j’ai pu voir (sans exagérer !)

Pride.

En résumé :

L’histoire se passe au Royaume-Uni entre 1984 et 1985. Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, les mineurs du Pays de Galle se mettent en grève. La grève prend de l’ampleur, elle commence à devenir longue, et les familles des grévistes commencent à souffrir des conséquences de la grève; le froid, la faim, imaginez, quoi.

C’est alors que des Londoniens entendent parler de cette grève. Ils décident de venir en aide aux mineurs, mais au début, leur aide n’est pas vraiment la bienvenue. Pourquoi ? Parce que des Londoniens ? Pas n’importe lesquels. Il s’agit d’un groupe de gays et lesbiennes. Honte aux familles des mineurs si on apprend que des « pervers » leur viennent en aide.

Le film évoque, presque inévitablement, le SIDA. Cet assassin qui venait d’être découvert à l’époque (je dis pas de bêtises ?), et qui a ravagé toute une génération.

Et je n’ai même pas parlé de la bande originale, et des chansons durant tout le film. Il faut dire que Pride est quand même en grande partie musical, les musiques utilisées sont un gros, gros point fort.

L’histoire du film est inspirée d’une histoire vraie. Les LGSM (Lesbians and Gays Support the Miners) ont réellement existé, les événements sont des événements historiques, ce qui rend le film encore plus poignant.

En bref, ce film est à voir. Absolument. Je n’ai, je crois, jamais été aussi, à la fois hilare, et à la fois touchée par un même film.

Ce film est une vraie et magnifique leçon de tolérance, d’union et d’amour. Comment ces deux populations diamétralement opposées vont finir par s’unir et se soutenir. Gays et lesbiennes en soutien aux mineurs et vis versa.

Donc,… Bonne séance !

Jee

 

12345

Unpenseur |
Pociello-service |
vie quotidienne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Every Occassion Flowers
| Cemondla
| Luzielle